draco mundis Index du Forum

draco mundis
Recherchez la gloire et la fortune dans les contrées sauvages à la recherche des légendaires merveilles, ou incarnez les et combattez pour votre diplomatie!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Massachussets, asile d'Arkham.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     draco mundis Index du Forum -> Coin du RP -> Amérique du Nord
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Abraham Setrakian
Chercheur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2010
Messages: 22
Masculin

MessagePosté le: Mar 14 Sep - 17:11 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

Le vent frais de l'automne soulevait les pans du manteau du docteur Stein qui, les yeux fixes, observait les infirmiers qui s'approchaient de lui, accompagnés de nouveaux patients. Le docteur Stein ( que les patients et le personnel appelaient couramment Herr Docktor en raison de ses origines allemandes) était l'image parfaite du calme absolu. à fait immobile mis à part son manteau et ses cheveux que le vent harcelait, aucune partie de son être ne bougeait, de ses pieds fichés dans le sol à ses mains serrèes derrière son dos dans une attitude attentiste. Il observait attentivement les nouveaux arrivants derrière ses lunettes rondes.
Il avait lu leur dossier dès qu'il l'avait reçu. Aucun antécédent psychiatrique, ces personnes étaient tout à fait saines d'esprit. Pourtant, sans raison, elles s'étaient rendus dans des lieux publics de grande affluence et avaient récité haut et fort:
tempus maximae bellae venivi
bella deorum timete!
Chacune de ces personnes, les cinq, alors qu'ils ne se connaissaient pas, a priori, avaient tenus très exactement le même discours. Et le plus étonnant était que, parmi eux, il y avait un enfant de huit ans. Que les autres prétendent ne pas avoir compris ce qu'il disaient était une chose, mais Stein était forcé de l'accepter de la part du garçon. Il avait hâte d'étudier des cas aussi intéresants.
pour le moment, les deux hommes, les deux jeunes femmes et le petit garçon, regardaient tout autour d'eux d'un air perdu et affolé, comme s'ils cherchaient une réponse parmi les arbres aux couleurs d'automne dont les feuilles tapissaient la cour. herr Docktor dut se retenir de ne pas frotter ses deux mains l'une sur l'autre pour calmer son excitation; Ca ne les aurait pas vraiment mis en confiance. A la place, il leur déclara d'un ton aimable:
- Guten tag, messieurs, mesdames, petit. Je suis le docteur Stein et je vais tout faire pour vous aider. Ayez confiance en moi. Verlassen Ihnen in mich.     
  

_________________
Mon nom ne vous dira sans doute rien, mais je m'appelle Abraham Setrakian. Vous les avez vus, reprit-il en indiquant la morgue du bout de sa cane. Là dedans. Les passagers de l'avion.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 14 Sep - 17:11 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
H.P. Riddle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2010
Messages: 167

MessagePosté le: Mar 14 Sep - 18:32 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

Howard arriva peu après. Il eût le temps d'entendre "herr docktor" parler à ses futurs patients au moment où il dépassait la grille de l'asile. Il s'approcha du psychiatre, la main tendue, et se présenta:
"Bonjour, je suis le professeur Riddle. On m'a fait mander ici.
_________________
How can I be lost,
If I've got nowhere to go?
Search for seas of gold
How come it got so cold?
How can I be lost
in remembrance i relive
And how i blame you
When it's me i can't forgive!
Unforgiven III Metallica


Revenir en haut
Abraham Setrakian
Chercheur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2010
Messages: 22
Masculin

MessagePosté le: Mer 15 Sep - 20:03 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

Le docteur Stein se tourna vers l'individu qui l'avait si vulgairement interrompu tandis qu'il s'entretenait avec ses futurs patients. Un petit homme chétif, à l'air maladif, le genre d'intellectuel tremblotant qui n'avait pas le courage d'énoncer ses propres théories et qui se cachait derrière les livres d'illustres macchabées. Oui, il en avait déjà vu de nombreux comparable à ce ''professeur Riddell'' et tous l'avaient profondément répugné. Il ne se rappelait pas avoir fait quérir cet individu, et si l'un de ses collègues s'en était chargé, il lui en aurait fait part. Aucun, jusqu'au directeur, n'osait faire quoi que ce soit sans son autorisation. ils avaient trop peur de lui. Les patients, c'était différent. Ils étaient trop fiers et trop aveugles pour le remarquer; C'étaient eux, le véritable danger. Et, à coup sûr, la venue inopinée de ce ver de terre à lunette devait être à l'initiative du Pasteur. Le docteur Stein s'occupperait de son cas plus tard. Pour le moment, il devait s'occuper de ce petit être frêle afin qu'il ne se doute de rien. Il ne fallait surtout pas que qui que ce soit vienne fouiner dans ses affaires. les choses qui se passaient ici étaient par trop importantes.
- Bien le bonjour, Professor Riddle. Je suis le Docktor Stein. Je suis très honoré de faire votre connaissance. Rappelez moi votre spécialité je vous prie?
il écouta attentivement la réponse et se mit à réfléchir aussi vite qu'il le pouvait. Et il pouvait bien des choses.
- Ah! Oui, je me rapelle, j'ai un cas clinique qui devrait beaucoup vous intéresser, si vous voulez bien vous donner la peine de m'accompagner dans mon hôpital. Veuillez simplement attendre que j'en ai fini avec ces messieurs là, einverstanden?
_________________
Mon nom ne vous dira sans doute rien, mais je m'appelle Abraham Setrakian. Vous les avez vus, reprit-il en indiquant la morgue du bout de sa cane. Là dedans. Les passagers de l'avion.


Revenir en haut
H.P. Riddle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2010
Messages: 167

MessagePosté le: Jeu 16 Sep - 15:44 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

-Oui, Herr Docktor."
Howard se mit à inspecter les environs, pour en remarquer chaque détail, si possible les plus importants. Il se sentait mal à l'aise ici, et c'est quelque chose qu'il avait déjà ressenti. En effet, sa petite soeur avait été accueillie dans l'un de ces endroits. Au départ, il lui rendait des visites fréquentes, mais ensuite, elle a commencé à devenir vraiment bizarre... et il l'a complétement laissée de côté.
Il inspecta ensuite le Docktor et ses patients. En apparence, les patients avaient l'air parfaitement normaux. Que pouvaient ils bien avoir comme problème? Howard n'avait pas réellement hâte de répondre à cette question. Non, en fait, celui qui le dérangeait le plus était ce docteur allemand. Il dégageait une impression étrange, comme s'il avait quelque chose à cacher. Et sa réaction à son arrivée l'avait plutôt troublé. Sa réaction à son égard était agressive, comme s'il n'avait jamais été le bienvenu et qu'il ne le serait jamais. Mais surtout qu'on le lui ferait payer très souvent.
Mais bon. Howard n'allait pas se laisser emporter par ce genre de détails. Il se remit donc à inspecter le paysage.
_________________
How can I be lost,
If I've got nowhere to go?
Search for seas of gold
How come it got so cold?
How can I be lost
in remembrance i relive
And how i blame you
When it's me i can't forgive!
Unforgiven III Metallica


Revenir en haut
Abraham Setrakian
Chercheur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2010
Messages: 22
Masculin

MessagePosté le: Ven 17 Sep - 20:50 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

L'asile était entourée d'une allée pavée. Au delà se trouvait le jardin proprement dit: une herbe sèche où poussaient à intervalles réguliers des arbres recouverts de feuilles mortes. dans le jardin déambulaient quelques hommes et femmes en tenue de blocs blanches ou bleues (probablement les patients) escortés de près ou de loin par des infirmiers. Ces derniers, sans que l'on puisse expliquer pourquoi, donnaient l'idée de militaires en mission plutôt que de véritables aides soignants. La plupart des infirmiers étaient jeunes, avec un air dur. Seul l'un d'entre eux dépassait la quarantaine.
les patients, pour leur part, étaient tous très différent les uns des autres, certains très jeunes d'autres extraordinairement vieux. Howard en vit un dont les cheveux et la barbe descendaient jusqu'à sur sa poitrine, quand bien même une coupe réglmentaire était rigoureusement imposée dans les bâtiments de ce type. Il y avait aussi une jeune femme qui, les mains en forme de coupe, tenait devant son visage ce qui ressemblait à un origami avec lequel elle s'entretenait à voix basse, en jetant furtivement quelques regards tout autour d'elle. Un autre, très grand, aux cheveux presque tondus et à la musculature impressionnante avançait d'un air morne et endormi. Tout son corps semblait recouvert par un tatouage représentant un immense labyrinthe. Lui était escorté de façon très serré par son infirmier, et quelques uns en retrait semblaient le surveiller également.
Le chemin de rocaille qui menait du portail à l'entrée de la bâtisse était jallonné de fleurs sauvages que faisait pousser une vieille dame très vieille en tenue de bloc qui ne semblait rein voir autour d'elle. Son infirmier l'observait à distance respectueuse, visiblement sans la moindre crainte. le jardin était cloturé par une grande muraille de briques rouges mesurant facilement quatre mètres de haut et surmontée de bris de verre. Adossée à la muraille, au loin, Howard pouvait appercevoir quelques petites bâtisses en bois, collées les unes aux autres. Enfin, son regard tomba sur l'asile en lui même.
C'était un haut bâtiment recouvert de chaux blanches, aux fenêtres coupées de barreaux et sur les rebords desquels avaient également été disposés des bris de verre. La porte en métal était somme toute assez sobre, comme d'ailleurs la totalité de la batisse qui était plus fonctionnelle que décoratrice, exception faite d'une tache de peinture noire, comme un test de Rorchard géant, dessiné sur le mur à quelques mètres de la porte. Un nain hydrocéphale se tenait justement en face et levait des yeux étonnés vers cette forme mystérieuse tout en murmurant quelques paroles qui ne semblaient pas de l'anglais.

- Très bien, professor Riddell, j'en ai fini, si vous voulez bien vous donner la peine de me suivre, à présent...
_________________
Mon nom ne vous dira sans doute rien, mais je m'appelle Abraham Setrakian. Vous les avez vus, reprit-il en indiquant la morgue du bout de sa cane. Là dedans. Les passagers de l'avion.


Revenir en haut
H.P. Riddle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2010
Messages: 167

MessagePosté le: Ven 17 Sep - 21:15 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

-mais bien sûr! "
H.P. fit bien attention de graver tout ces visages en tête. Le nain hydrocéphale, le tatoué au labyrinthe, le chevelu, mais aussi les très jeunes infirmiers et le fameux docktor... Howard avait l'étrange impression que cette aventure marquerait sa carrière à tout jamais... il emboîta le pas du docktor, traversant la large porte de métal froid...
_________________
How can I be lost,
If I've got nowhere to go?
Search for seas of gold
How come it got so cold?
How can I be lost
in remembrance i relive
And how i blame you
When it's me i can't forgive!
Unforgiven III Metallica


Revenir en haut
Abraham Setrakian
Chercheur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2010
Messages: 22
Masculin

MessagePosté le: Sam 25 Sep - 19:18 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

Le docteur Stein ouvrit la porte et avança avec assurance dans un labyrinthe de couloirs blancs. Par moment, Riddle pouvait voir des inscriptions ou des dessins sur les murs. Les dessins représentaient pour la plupart un oeil, une bouche ou, parfois, une immense étoile aux branches nombreuses. Les inscriptions, quant à elle, étaient pour la plupart des énigmes écrites en langue anglaise. Riddle n'en retint pas beaucoup mais quelques nes marquèrent son esprit par leur caractère énigmatique.
Pourquoi le rat court-il partout
Alors que lui seul sait comment sortir?

ou encore
J'ai mangé un scarabée ce matin
Mais quand je me suis endormi
il est sortit de mon ventre sous la forme d'un papillon.
Il a voulu sortir mais s'est cogné à la vitre.
Pourquoi le chat a-t-il sourit en voyant cela?

toutes les énigmes étaient de ce type mais ces deux là, particulièrement, avaient quelque chose de déstabilisant. par moment, certaines semblaient davantage donner un conseil au lecteur. Ainsi:
ne croyez ni les patients, ni les infirmiers
Mais bien la blatte qui court entre ces murs.

Riddle était tellement occupé à contempler les murs qu'il remarquait à peine les internés qui passaient tout autour de lui. Finalement, il arriva dans une petite chambre d'hôpital dans laquelle s'était engouffré le Docktor. Elle ressemblait à une chambre d'hôpital tout à fait typique: un lit simple, une fenêtre aux rideaux blancs et une porte donnant sur la salle de bains. Sur le sol était assis en tailleur un jeune homme assez beau qui marmonnait dans une langue étrange, tout en jouant avec un étrange collier où étaient suspendus des pièces de bois, des plumes multicolores et des cadavres séchés de scarabée. Herr Docktor expliqua:

- Voici le cas qui devrait vous intéresser. Il s'appelle Emmanuel Tenk, et il est ici depuis près de deux ans. Au début, j'ignorais quel était son problème, d'autant qu'il est très difficile de communiquer avec lui, comme vous allez pouvoir le constater. mais lorsque j'ai compris, j'ai réalisé que j'étais face à un cas très intéressant. Voyez-vous, Emmanuel n'a plus conscience de sa vie antérieure. Il parle et se comporte exactement comme un aztéque de l'époque pré colombienne. Un cas très intéressant. J'ai jugé qu'en votre qualité d'ethnologue, vous sauriez apprécier à sa juste valeur le cas qui vous es ici présenté. mais bon, je crois que je vais devoir vous laisser, professor, des affaires lus importantes m'appellent. Auf Wiedersehen!

Riddle eut à peine le temps de se retourner que le Docktor avait déjà disparut. Mais, très vite, il fut remplacé par un patient à l'air hagard et hystérique, un oeil peint sur son front d'un bleu brillant, couleur lapis-lazuli. Le patient le regarda en souriant.Ses dents étaient peintes en or:

- C'est moi qui vous ai fait venir, professeur Riddle. Nous avions besoin de vous.

Puis, éclatant d'un rire dément, il disparut en courant à toutes jambes dans le couloir.
*****
Glaragan se réveilla dans une petite pièce en pierre plongée dans le noir (mais il pouvait sentir la pierre tout autour de lui) et sans aucune idée de l'endroit où il était ou de la façon dont il était entré. Seule une douleur à l'arrière de son crâne lui permettait de penser qu'il avait été assomé, ce qui en soit était un exploit remarquable. Au bout d'un moment, il vit qu'un rais de lumière traversait la pièce. Il y avait une entaille dans le mur, longue de deux centimètres, large d'un demi, à l'horizontale et très nette, comme si elle avait été découpée. De l'autre côté, Glaragan pouvait voir un long couloir blanc. Au bout d'un moment, une jeune femme tenant quelque chose entre ses mains en coupe passa devant lui, s'arrêta et se retourna. Elle sourit à Glaragan, comme si elle l'avait vu ce qui pourtant était tout à fait impossible. Son sourire était tendre, sympathique.

- Tiens, dit-elle. Pour toi deorum res.

Et elle posa sur le sol un origami en papier vert, représentant une cigogne, avant de s'en aller d'un pas sautillant.
  
  
  
  
  
  
  
  

_________________
Mon nom ne vous dira sans doute rien, mais je m'appelle Abraham Setrakian. Vous les avez vus, reprit-il en indiquant la morgue du bout de sa cane. Là dedans. Les passagers de l'avion.


Revenir en haut
glaragaan
Merveilles

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juin 2010
Messages: 6
Masculin

MessagePosté le: Lun 27 Sep - 13:59 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

Glaragaan se demandé si la femme l'avait vraiment vu et que voulait dire cette cygogne en papier qu'elle avait posé au sol. Après être sûr que la femme soit partie, je casse le mur pour aller vers le couloir lumineux.
_________________
Être, ou ne pas être, sur mon chemin. Telle est la question.


Revenir en haut
H.P. Riddle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2010
Messages: 167

MessagePosté le: Lun 27 Sep - 14:03 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

"Eh! Attendez-moi!
Le professeur se rua vers le couloir où s'était enfui le patient. Arrivé à la porte, il jeta un dernier coup d'oeil au résident de la chambre: Etait-ce bien raisonnable de le laisser ainsi tout seul? Il n'y avait pas vraiment de danger apparent à le laisser ici, il n'avait pas l'air bien dangereux. Tout en veillant qu'il ne sortit pas facilement de la chambre, Riddle courit après le patient qui l'avait interpellé. Qui était-il? Quel était son secret?
_________________
How can I be lost,
If I've got nowhere to go?
Search for seas of gold
How come it got so cold?
How can I be lost
in remembrance i relive
And how i blame you
When it's me i can't forgive!
Unforgiven III Metallica


Revenir en haut
Abraham Setrakian
Chercheur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2010
Messages: 22
Masculin

MessagePosté le: Dim 10 Oct - 10:27 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

Lorsque le golem détruisit le mur, plusieurs personnes en chemise d'hopital, bleue et suffisamment courte pour ne pas les géner dans leurs mouvements, s'avancèrent vers lui, alertés par le bruit. Étrangement, aucun infirmier ne vint les rejoindre et, plus étrange encore, aucun d'entre eux n'affichait de surprise. Au contraire, c'est comme si tous s'attendaient à cette venue et qu'ils étaient simplement venus le saluer. Ils étaient tous immobiles en train de le contempler sauf un qui, se frayant un chemin à travers eux tel Moïse traversant la mer rouge, les flots s'écartant de part et d'autre de lui, s'avançait en direction du golem. Il semblait ahuri, ses cheveux ébouriffés et les yeux brillants. Sur son front était peint un oeil d'un bleu brillant, comme un lapis-lazuli. Il observa le golem d'un air attentif puis se tourna vers ses compagnons:
- Est-ce ainsi que vous accueillez leur héraut?
Aussitôt, comme s'il se fut s'agit d'un signal convenu, tous les internés s'inclinèrent. Du groupe sortit une jeune femme, très belle, dont les immenses cheveux noirs faisaient comme une cape brillante dans son dos.
*********
Riddle poursuivit l'interné dans les couloirs mais, rapidement, le perdit. Il courait trop vite pour l'universitaire, peu habitué aux efforts physiques. Il se trouvait dans une chambre où, allongée sur son lit, se rouvait une vieille femme, tout à fait immobile, les yeux grands ouverts fixant le plafond. Elle prononçait des élucubrations sans suite sans discontinuer. Soudain, Riddle entendit un bruit terrible, comme si tout un pan de mur s'était effondré.
_________________
Mon nom ne vous dira sans doute rien, mais je m'appelle Abraham Setrakian. Vous les avez vus, reprit-il en indiquant la morgue du bout de sa cane. Là dedans. Les passagers de l'avion.


Revenir en haut
H.P. Riddle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2010
Messages: 167

MessagePosté le: Dim 10 Oct - 18:49 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

N'y a-t-il vraiment aucun moyen de retrouver l'interné? Dans ce cas, je referme bien soigneusement la porte puis je pars dans la direction du bruit.
_________________
How can I be lost,
If I've got nowhere to go?
Search for seas of gold
How come it got so cold?
How can I be lost
in remembrance i relive
And how i blame you
When it's me i can't forgive!
Unforgiven III Metallica


Revenir en haut
glaragaan
Merveilles

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juin 2010
Messages: 6
Masculin

MessagePosté le: Ven 22 Oct - 13:42 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

-Que...qu'est-ce que c'est?!
Glaragaan était étonné par toutes cette agitation autour de lui. Tous ces gens, qui sont-ils. Pourquoi sont-ils tous habillés en bleu? Et puis "leur héraut"? La confusion était totale dans la tête douloureuse de Glaragaan. Jusqu'au moment où cet étrange personnage arriva avec son oeil peint au milieu de front. Qui était-il? Était-il une sorte de chef? A part lui, seul une autre personne sortait du groupe: une jeune femme au cheveux longs, très longs; qu'est-ce qu'ils faisaient tous là? A quoi servait ce lieu? Glaragaan était perdu dans ces pensées. Effrayé par tous ces gens, Glaragaan prit la fuite par un couloir qui ressemblait à un couloir d'hôpital. Sur son parcours, toutes les autres personnes vêtues de bleu se retournait sur son passage, immobiles, le fixant d'un regard pénétrant.
_________________
Être, ou ne pas être, sur mon chemin. Telle est la question.


Revenir en haut
Abraham Setrakian
Chercheur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2010
Messages: 22
Masculin

MessagePosté le: Ven 22 Oct - 14:07 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

Howard courrait dans le couloir aussi vite que sa chétive constitution d'universitaire perdu dans ses bouquins le lui permettait. Au bout d'un moment, il lui avait semblé que des bruits venaient dans sa direction, moins forts que celui qui l'avait intrigué tout d'abord, mais néanmoins assez importants. Qu'est-ce que cet étrange bâtiment pouvait bien receler comme secrets. Sur son chemin, les internés le suivaient des yeux avec un petit sourire entendu. Entendu, comme s'ils s'attendaient à ce qu'il réagisse ainsi. Que savaient-ils au fond? Étaient-ils aussi fous qu'on le disait. Est-ce que leur folie leur permettait d'atteindre un degré supérieur de compréhension? Les bruits se faisaient de plus en plus proches à mesure qu'ils s'approchaient de l'universitaire. Mais soudain, la course de celui-ci fut brutalement interrompue par une rencontre à laquelle il ne s'attendait pas. Herr Docktor lui faisait face en souriant, tranquillement, comme s'il n'entendait pas ce bruit d'enfer dans son hôpital.
- Eh! Bien, dit-il, vous vous en allez déjà? (et rien dans son ton ne laissait entendre qu'il avait vu Riddle courir. Pourtant, cela n'avait put lui échapper) Qu'avez-vous donc pensé de cette jeune femme? Un cas fort intéressant, oder nicht? Ja, ein wichtiger Kase, der Kase des Mädchen.
******
Glaragaan courait dans les couloirs si vite que des pans de sol se détachaient de sous ses pas. Il aurait été facile de le suivre puisqu'il laissait derrière lui une trainée de fosses là où son pied s'était posé. Les patients tournaient la tête vers lui à son passage et s'inclinaient révérencieusement. Au détour d'un couloir, le golem vit cinq infirmiers en blouses blanches, l'air déterminé, qui lui faisaient face. Deux d'entre eux tenaient de longs bâtons terminés par des filets, du genre que l'on utilise pour maîtriser les bêtes sauvages. Et par derrière Glaragaan venaient cinq autres infirmiers, guidés par un homme d'un certain âge à la calvitie prononcée qui souriait tout en tenant dans sa main une seringue remplie d'une solution jaune. Imberbe et presque chauve, il avait un air avenant, presque sympathique, mais sa seringue et en particulier le liquide à l'intérieur n'étaient pas faits pour mettre en confiance. Une petite plaque accrochée à sa blouse le présentait comme étant le ''docteur Herrmann''. Ce nom rappelait vaguement quelque chose au golem, mais il n'arrivait plus à se rappeler quoi. Quant aux infirmiers, s'ils étaient certes beaux, ils l'étaient d'une façon toute impersonnelle. Leurs traits n'exprimaient rien et ils n'avaient pas vraiment de signes distinctifs; blonds, grands aux yeux bleus, ils étaient le symbole même de la beauté arienne, une beauté qui n'a rien d'humain.   
- Allez, dit le docteur Hermann , détends-toi mon petit. Tout ça va très vite se terminer...
Et il s'avança en souriant toujours, toujours tenant sa seringue, efflanqué par les infirmiers somme toute assez inquiétants.
  
  

_________________
Mon nom ne vous dira sans doute rien, mais je m'appelle Abraham Setrakian. Vous les avez vus, reprit-il en indiquant la morgue du bout de sa cane. Là dedans. Les passagers de l'avion.


Revenir en haut
H.P. Riddle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2010
Messages: 167

MessagePosté le: Dim 24 Oct - 09:23 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

Howard était assez gêné, et pressé. Tout en se dandinant pour tenter de passer, il dit au docteur:
"Non, je ne m'en vais pas; Loin de là. Vous cachez des choses ici, et je ne quitterais pas ces lieux avant d'avoir découvert de quoi il retourne. Quant à cette femme..."
Howard réfléchit. A vrai dire, il n'avait rien remarqué de très inhabituel chez elle. Après tout, n'est-ce pas ce que sont sensés faire les fous? Pour ne pas se ridiculiser devant le professeur, il lui dit:
"Quant à cette femme, il faudra que je la voie de nouveau."
Et laissant le docteur, Riddle reprit sa course à travers les couloirs pour retrouver ce bruit qu'il l'avait mené jusqu'ici. Que cela pouvait-il bien être? Que lui cachais cet étrange Docktor? Et... allait-il sortir vivant et sain de cette aventure?
_________________
How can I be lost,
If I've got nowhere to go?
Search for seas of gold
How come it got so cold?
How can I be lost
in remembrance i relive
And how i blame you
When it's me i can't forgive!
Unforgiven III Metallica


Revenir en haut
Abraham Setrakian
Chercheur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2010
Messages: 22
Masculin

MessagePosté le: Dim 24 Oct - 10:27 (2010)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham. Répondre en citant

Mais bien vite, la course d'Howard fut arrêtée par l'irruption de deux infirmiers juste devant lui. Leur attitude n'avait rien de menaçant, cette rencontre aurait put être le fruit du plus pur hasard, mais le professeur Riddlle sentit que tout au contraire elle était préméditée et avait pour seul intérêt de lui bloquer la route. Visiblement, le professer aurait put les contourner sans difficulté, le couloir n'était pas si étroit, mais il sentait bien que les infirmiers ne le laisseraient pas passer. Herr Docktor s'approchait lentement de lui tout en parlant d'un air tranquille, apparemment à personne en particulier mais Howard sut que ces mots lui étaient destinés:
- Je trouve intéressant de remarquer que, malgré tout ce que les savants peuvent prétendre, la folie est une maladie contagieuse. Tenez, prenez les psychologues et autres psychiatres, zum Beispiel. Ils évoluent dans un milieu où incube un haut degré d'insanité. Et la plupart sont plus fous encore que leurs patients, nein? C'est donc que la folie est une maladie contagieuse. Je me demande si l'on peut considérer les ethnologues comme des psychologues? Ou bien n'avez-vous pas l'immunité nécessaire et êtes-vous plus facilement contaminé qu'un autre. car ce que vous dites semble relever de la paranoïa pathologique. Et même si je vous trouve très intéressant, j'aimerais discuter avec vous autrement que dans le cas d'une thérapie.
A présent, le docteur était arrivé au niveau d'Howard. Il arborait un visage impassible, souriant gentiment comme à un enfant en train de faire une bêtise et prit sur le fait. Il lui posa doucement une main sur l'épaule et, sans se départir de son sourire, continua:
- Puisque vous étiez sur le point de partir, je vais vous laisser. Néanmoins, permettez moi de vous conduire à mon bureau pour que nous puissions partager une tasse de thé, Ja? Qu'en pensez-vous, professor?
_________________
Mon nom ne vous dira sans doute rien, mais je m'appelle Abraham Setrakian. Vous les avez vus, reprit-il en indiquant la morgue du bout de sa cane. Là dedans. Les passagers de l'avion.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:10 (2018)    Sujet du message: Massachussets, asile d'Arkham.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     draco mundis Index du Forum -> Coin du RP -> Amérique du Nord Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com