draco mundis Index du Forum

draco mundis
Recherchez la gloire et la fortune dans les contrées sauvages à la recherche des légendaires merveilles, ou incarnez les et combattez pour votre diplomatie!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Voici un livre que j'ai écrit

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     draco mundis Index du Forum -> Hors RP -> Bibliothèque
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jimmy Blood
Merveilles

Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2010
Messages: 18
Masculin

MessagePosté le: Mer 6 Oct - 18:52 (2010)    Sujet du message: Voici un livre que j'ai écrit Répondre en citant

Chapitre 1 
 
  
 
  
 
J’entrais dans le hall de mon lycée. Ah ! Enfin. Le moment tant attendu s’approchait à grand pas. Les vacances d’été et leur chaleur abominable qui nous mèneraient tous dans la mer pour nous y rafraîchir nous faisaient déjà frissonner. Ce moment tant attendu par les élèves mais aussi par les profs ! Mais je ne devais pas me réjouir trop vite. Il restait une semaine avant « le grand départ ». Tout en pensant, je traversais les innombrables couloirs du bahut et, finalement, arrivais à la porte de la salle de biologie. Ah ! Le bahut ! Un passage obligé entre la violence du collège et la maturité de la fac. Tout était rudimentaire, du sol au plafond, sans ajout de couleurs ni de nouveau personnel depuis au moins cinq ans. Dans cette institution comptant plus de huit cents élèves, le proviseur tient à ses étudiants comme s’ils étaient ses propres enfants. Monsieur Francis, qu’il s’appelait. Mais son adjointe, Mme Fardo, était carrément son opposée. Sa première chaussette avait plus de valeurs que n’importe lequel d’entre nous. Les couloirs que je traversais reflétaient les nombreuses années passées par le collège. Ici, une vitrine avec une coupe de rugby, là, une photo du premier élève ayant fini ses études au lycée. Que d’histoires ! Enfin, j’aperçus l’entrée de la salle de biologie. Derrière la porte, j’entendais les bruits de tous les étudiants, ce qui signifiait que l’enseignante n’était toujours pas arrivée. Quel coup de bol ! 
 
 J’entrais sans frayeur et le brouhaha cessa. Mais en voyant que ce n’était que moi, ils reprirent leurs discussions et le bruit reprit de plus belle. Je me dirigeais vers mon bureau à côté duquel était assis Morris, mon ami fidèle. 
 
« Bonjour Jim ! Dit-il en me serrant la main très fermement. 
 
-Bonjour Morris. La prof n’est toujours pas arrivée ? 
 
-Ben non. Elle a fait irruption tout à l’heure pour nous dire qu’elle reviendrait dans environ vingt minutes. Mais tu connais mademoiselle Zermatt ! Toujours en train de courir après son chéri ! Monsieur Darmion n’en sait rien mais ça ne saurait tarder ! Tellement de signes le prouve ! » 
 
On eut tous les deux un petit rire moqueur, mais il s’arrêta aussi vite qu’il avait commencé car mademoiselle Zermatt entra dans la salle, un paquet de paperasses à la main. 
 
 Tous le monde se rassit aussi vite qu’ils le purent et demoiselle Zermatt posa brusquement son paquet de copies sur la table. De ma place, je distinguai une note. Oh ! Le contrôle que l’on attendait depuis trois semaines avait finalement été corrigé. La prof appela chaque élève un par un pour leur remettre les copies en mains propres. 
 
 Morris eut dix-neuf et demi sur vingt, ce qui, à la fin de l’année, ne m’étonnait plus de lui. On pouvait lui demander ce que l’on voulait sur le domaine, la réponse il l’avait. Allant du squelette humain aux pierres précieuses en tous genres, sur une simple photo, par un petit détail, il nous disait le nom français et le nom latin de ladite pierre. On lui montrait un organisme sortit du corps de l’être vivant, il nous disait le nom de l’être vivant par la taille de l’organisme et sa constitution. Incroyable, mon ami Morris ! Pour mon compte, un quinze me fut donné. La prof m’apostropha : 
 
« Eh bien, Jimmy Blood ! Vous faites des progrès en cette matière ! Mais tâchez de faire de même lors de la prochaine année scolaire ! » 
 
J’appréciai Mlle Zermatt. Elle essayait de ménager le plus d’élèves possibles. Son caractère était fort appréciable. Malgré cela, les élèves ne manquaient pas une occasion pour faire des remarques sur la corpulence de cette prof. C’est vrai qu’elle était plutôt « forte ». Son physique, en plus de son poids, n’arrangeait pas les choses. Ses traits grossiers et ses sourcils très épais en auraient fait pâlir plus d’un. Je pensais que c’était parce qu’elle avait un poids très élevée qu’elle était très gentille avec les élèves. 
 
Le reste du cours ne fut pas plus intéressant. La suite, les maths avec monsieur Donadieu. Morris s’absenta. Il en avait le droit à cause de ses saignements de nez très fréquents. Le cours suivit sa procédure habituelle pendant une demi-heure. Morris n’était toujours pas revenu. Je demandais à aller à sa rencontre. Au moment où je me dirigeais vers l’infirmerie, il en ressortait. Je découvris alors son visage tranquille, comme d’habitude. Il se tenait toujours aussi droit, ses yeux fixés vers l’horizon et ses cheveux, ressemblant à de la laine de moutons tellement ils prenaient du volume sur sa tête carré. Ses lunettes laissaient apercevoir ses yeux d’un beau bleu, pratiquement comme les miens. Les boutons d’acné ne manquaient pas sur ses joues mais il savait rester flegmatique face aux remarques que lui lançaient certains élèves soit sur ses cheveux soit sur ses boutons. Je l’admirais dans un certain sens pour son intelligence. 
 
On retourna ensemble en cours sans qu’il n’y ait autre chose de particulier aujourd’hui. Sur le chemin du retour, mon portable vibra. Mon père m’appelait. 
 
« Jimmy, il faut que tu viennes dans mon labo, j’ai découvert quelque chose qui devrait t’intéresser. » 
 
Sur ce, il raccrocha. Le labo de mon père se situait dans la petite ville de Gorvon, dans la Gironde. 
 
« Eh bien je crois que je vais devoir te laisser Jim ! Dit Morris en me serrant la main. Je vois la voiture de ma mère qui arrive. 
 
-Bien. Répondis-je. Alors à demain. 
 
-Oui. A demain. » 
 
Je vis la voiture partir. Ma petite maison n’était qu’à deux cent mètres quand mon ami me quitta. La plus grande de mes satisfactions de la journée fut de rentrer dans la salle à manger, où une fraîcheur vint me rappeler combien il était agréable de revenir chez soi. Je me pris une cannette de Der Bull avant de filer au sous-sol où se trouvait le laboratoire de mon papa. En ouvrant la porte, je vis mon vieux affairé. Brusquement, il fit volte-face et se dirigea vers moi d’un pas décidé. Son visage, si calme d’habitude, était déformé par la joie. Il me dit : 
 
« Jimmy, tu vas être étonné par la découverte qu’à fait ton  père. »


Voulez-vous connaître sa découverte, voulez-vous que l'histoire continue ?
Répondez-moi, j'attends impatiemment votre réponse !
 

_________________
Jimmy ferma les yeux, puis les rouvrirent. Son regard perçant glaça d'effroi le sang du passant, tellement bien qu'il resta cloué sur place, et Jimmy, les mains dans les poches, s'en alla.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 6 Oct - 18:52 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
H.P. Riddle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2010
Messages: 167

MessagePosté le: Mer 6 Oct - 19:25 (2010)    Sujet du message: Voici un livre que j'ai écrit Répondre en citant

Pas mal! Vraiment pas mal! j'ai hâte de connaître la suite! par contre ce que le héros pense pour son pote on a presque l'impression qu'il l'aime! Si c'est un vampire ça ne m'étonnera pas!^^ Bon boulot, et merci d'avoir inauguré la partie bibliothèque Okay !
_________________
How can I be lost,
If I've got nowhere to go?
Search for seas of gold
How come it got so cold?
How can I be lost
in remembrance i relive
And how i blame you
When it's me i can't forgive!
Unforgiven III Metallica


Revenir en haut
Jimmy Blood
Merveilles

Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2010
Messages: 18
Masculin

MessagePosté le: Mer 6 Oct - 20:26 (2010)    Sujet du message: Voici un livre que j'ai écrit Répondre en citant

Chapitre 2 
  
  
  
A la fois excité et étonné, je m’approchai du bureau de mon père. Je ne voyais rien du tout. Il faut dire que sur cet établi, rien n’était clair, à part que le désordre régnait en maître. Sinon, le labo en lui-même paraissait normal, même si les murs blancs et le manque de meubles faisaient de cette pièce un endroit peu charmant. Le plafond donnait une ambiance pesante à la pièce. 
« Papa, où est la chose que tu as découverte ? 
-Ah ! Tu n’as même pas eu l’idée de regarder dans le microscope ? » 
        Son matériel, sommaire pour un docteur en biologie, était la préoccupation principale de mon père après moi et ma mère. Il avait un microscope, un télescope, tout le matériel nécessaire à son travail de biologiste, comme une pince, pipettes en tous genres, seringues et j’en passe. 
Sans aucune réaction, je m'avançai vers le microscope. Je postai mon œil au dessus de celui-ci. Je vis une petite chose noirâtre qui bougeait à peine. Une forme très petite et très boursouflée. Je fis volte-face pour demander à mon papa ce que c’était mais j’eus à peine le temps de me retourner que celui-ci me fixait d’un regard remplit de curiosité. Il voulait sûrement savoir ce que j’en pensai et il fut déçu quand je lui demandai :  
«  Qu’est-ce donc ? 
-Ceci, Jimmy, est un être vivant ! Je ne sais pas d’où il vient mais je suis sûr à cent pour cent qu’il ne vient pas d’une météorite. Sa structure moléculaire n’en ai pas comparable. « Il » ne vient donc pas de l’espace. Cet organisme a été envoyé par quelque chose ou quelqu’un venant d’ici ! De la Terre ! 
-Mais revenons à une explication censée ! Ceci ne peut pas venir d’ici. On pourrait voyager dans quelque endroit que ce soit existant sur le globe, rien ne serait comparable ! Et si, comme tu le dis, le mini organisme a été envoyé par quelque chose ou par quelqu’un, alors cette chose ou cette personne vient forcément d’une autre planète. Peut-être même d’un autre système solaire que sais-je ? Et d’ailleurs qu’en savons-nous ? N’y a-t-il point d’autres informations que celles-ci ? 
-Hélas non. Mais on pourrait peut-être remonter à la source de cette petite anatomie en connaissant sa fonctionnalité ou même son ADN. 
-Je ne pense pas que cela soit possible. Dis-je, plongeant dans le désespoir. Arrêtons-là nos recherches et allons manger. Maman a du faire le repas à l’heure qu’il est. » 
En remontant l’escalier vers la salle à manger, je sentis la bonne odeur parfumée du repas. Le dîner fut délicieux, malgré la tension qui régnait entre mes deux parents. Depuis quelques temps, ce n’était pas la joie chez nous. Mes parents étaient tout deux très sympathiques, très joyeux. Mais le travail de mon père ne plaisait pas à ma mère, et vice-versa. Ma mère travaillait au poste de médecin généraliste, et mon père, biologiste. Maman rentrait tard le soir, vers dix heures, même si papa finissait toujours à la même heure, cinq heures. Je m’empressais de débarrasser mon set de table, les couverts et je montais dans ma chambre m’allonger et penser longuement sur ma découverte d’aujourd’hui. Il aurait fallut que je l’examine un peu plus longtemps pour en savoir plus. Ah ! Si seulement je pouvais avoir mon Morris à mes côtés en cet instant ! En y repensant, l’idée n’était pas mauvaise. Je descendis doucement les escaliers. Mes parents regardaient la télé dans leur chambre. Le volume était si fort que même par le plus fort des vacarmes, aucun son n’aurait surpassé celui-ci. Une fois arrivé dans le garage, j’enfourchais mon scooter. Il avait une selle confortable et une peinture orange et noire qui crachait aux yeux de tous. Impossible de passer inaperçu dans les grandes agglomérations. C’était un quatre temps. L’huile séparée de l’essence. Je partis vers Soven, la ville où habitait mon pote Morris. Quelle fraîcheur ce soir-là ! Le vent fouettait mon corps d’un frais si pur que j’en tremblais. Les routes sinueuses et mal dessinées arpentaient le chemin de mon vespa. Enfin, la maison de mon copain se profila à l’horizon. Devant chez lui, un petit jardin rendait accueillant son petit chez lui, comme il l’appelait. Quand je me fus garé, je descendis, espérant qu’il ait un bon chauffage. Je frappais à sa porte. Un léger grincement parvint de derrière celle-ci mais ce fut bref. 
« Tiens donc ! S’exclama-t-il. Voilà Jimmy ! Pourquoi viens-tu me déranger par une si belle soirée ? 
-J’ai à te parler. Puis-je entrer ? 
-Bien sur ! »  
Un large sourire sur les lèvres, Morris s’installa face à moi sur son sofa richement brodé. Je lui exposai le problème. Il fut étonné par la chose qu’avait découvert mon papa et me dit qu’aucune de ses connaissances ne répondaient aux critères que je lui avais cités. 
« Ceci dit, commença-t-il, je pourrais peut-être passer chez toi un de ces quatre pour voir la chose comme elle l’est. 
-Pourquoi pas ce soir ? »  
Il fut étonné par ma proposition mais un instant après, je vis dans ses yeux un éclat de malice que je voyais souvent. 
« Partons dans ce cas. Dit-il. Mes parents dorment. » 
Je fus un peu mécontent de quitter la cheminée bien chaude et l’ambiance conviviale de la maison de Morris. Ensuite, même parcours du combattant. Le froid glacial et la longueur de la route me tinrent éveillés, mais à grands peines.  Enfin, le soulagement ! Ma maison…et mon lit bien douillé. En arrivant dans la salle à manger, le chemin ouvert vers le sous-sol, nous descendîmes. Quand mon invité se pencha sur le microscope, un sourire apparut sur ces lèvres. Je savais qu’il avait trouvé une réponse. Il se retourna et me dit : 
« Je crois savoir d’où cela vient. Il n’y a pas longtemps, sur Etra, la chaîne culturelle, ils ont diffusés une vidéo portant sur les ruines et leurs mystères. Ils ont aussi montrés un résidu semblable à celui-ci. Ils disent que c’est un être symbiote. 
-Et en français, ça donne quoi ? 
-Un être symbiote est un organisme qui a besoin de se lier à une autre cellule ou un autre corps pour pouvoir vivre. Mais ceci peut avoir de graves conséquences sur l’organisme du corps récepteur du symbiote. Il peut se mettre à se transformer radicalement ou bien ne pas avoir de symptômes particuliers. C’est selon la force des globules blancs du corps récepteur pour pouvoir repousser le symbiote. 
-En d’autres termes, cette petite bestiole pourrait se rattacher à moi ou à toi et nous transformer en je ne sais quoi. 
-Exactement.  
-Bien. Il se fait tard et je ne voudrais pas perdre mon minimum vital de sommeil…et de place libre dans mon cerveau ! Toutes ces informations me donnent un léger mal de crâne. Dis-je, un peu ennuyé par les explications de Morris. 
-Alors tu me ramènes et tu te couches. Dit-il sur un ton plus qu’autoritaire. » 
Quelques minutes plus tard, je revins chez moi et je pris le petit spécimen avec moi pour le poser sur mon bureau. Mon père m’avait conseillé d’accomplir cette tâche car il n’avait aucun récipient pour que l’organisme ne s’échappe pas. Je le mis donc dans un verre. Ceci fait, j’allais me plonger dans mes songes[1]. Oh ! Quel rêve bizarre ! J’étais dans ma chambre, couché dans mon lit et je voyais la chose dans le verre casser celui-ci et se diriger vers moi en rampant sur le sol comme une bête féroce qui traque sa proie. Elle se rapproche de plus en plus et finalement, arrive à mes doigts. Après, je ne me souviens plus de ce qui se passe. Je me réveillais. La lueur du soleil me caressait doucement le visage et réchauffait tout mon corps. Je m’habillais et me dirigeais vers la porte de ma chambre. Soudain je m’arrêtais et me retournais. Une grande stupeur apparût sur mon visage. L’organisme n’était plus dans son verre. 


[1]           Songe : Synonyme de rêve.


Alors? Que s'est-il passé ? Vous le saurez très bientôt ! Donnez votre avis surtout ! A bientôt !
_________________
Jimmy ferma les yeux, puis les rouvrirent. Son regard perçant glaça d'effroi le sang du passant, tellement bien qu'il resta cloué sur place, et Jimmy, les mains dans les poches, s'en alla.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Abraham Setrakian
Chercheur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2010
Messages: 22
Masculin

MessagePosté le: Ven 22 Oct - 14:25 (2010)    Sujet du message: Voici un livre que j'ai écrit Répondre en citant

Alors, autant j'ai beaucoup aimé le premier chapitre, autant je suis un peu plus modéré sur le deuxième, en grande partie à cause de la conversation très surréaliste entre le père et le fils (mais pas dans le bon sens du terme). Je sais pas, il faudrait peut-être accentuer le fait que le gamin ne comprenne pas tout ou je ne sais quoi. L'histoire du symbiote est intéressante par contre ça peut donner un bon résultat. Pour cette histoire de symbiote, je te conseille de te tourner vers spiderman 3 (évidemment) même si tu l'as sûrement vu mais en particulier vers le livre La lignée de Guillermo del Toro et Chuck Hogan qui est justement une histoire de vampire entre blade 2 et Dracula et où il y a une histoire de symbiote vampirique...
_________________
Mon nom ne vous dira sans doute rien, mais je m'appelle Abraham Setrakian. Vous les avez vus, reprit-il en indiquant la morgue du bout de sa cane. Là dedans. Les passagers de l'avion.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:24 (2018)    Sujet du message: Voici un livre que j'ai écrit

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     draco mundis Index du Forum -> Hors RP -> Bibliothèque Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com